UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Pas de réparation pour le plongeur saoul qui connaissait la configuration de la rivière

Obligations
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le plongeur qui saute dans une rivière, tout en sachant que l'eau est trouble et peu profonde et en ayant consommé une certaine quantité d’alcool, commet une faute d'imprudence à l'origine exclusive de son dommage et ne peut obtenir réparation.

M. X. a effectué un plongeon dans une rivière. Il a subi un grave traumatisme, sa tête ayant heurtée le fond de celle-ci. Il a alors assigné M. A., propriétaire de la parcelle sur laquelle se trouvait la rivière, en réparation de son préjudice corporel. Dans un arrêt du 15 décembre 2016, la cour d’appel de Nîmes a rejeté la demande de M. X. Elle a relevé que celui-ci connaissait la configuration des lieux. Il savait, par conséquent, que l’eau de la rivière était trouble et peu profonde. Elle a également souligné que, en plongeant à nouveau, après avoir (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne