GAV : l'absence d'assistance d'un avocat n'a pas d'incidence sur les déclarations inutiles

Organisation judiciaire
Outils
TAILLE DU TEXTE

Dès lors que les juges ne se sont pas fondés sur les déclarations recueillies en garde à vue pour déclarer un prévenu coupable des faits visés à la prévention, ce prévenu ne saurait se faire un grief de ce que ces procès-verbaux n’aient pas été annulés pour faute de procédure. 

Deux hommes, MM.X., ont été placés en garde à vue à la suite d'une altercation violente avec un tiers. Lors de la notification de ses droits le 31 mars 2010 à 9 heures, M. Angelo X. a demandé l’assistance de son avocat, Me Girard, qui a été avisé ce jour à 9h25 et qui n’a pas usé du droit que la législation actuelle lui reconnaît. Quant à M. Christopher X., il a sollicité l’entretien avec un avocat commis d’office. A ce sujet, le procès-verbal de garde à vue se contente de mentionner que (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.